19 septembre 2014

Pamiers à l'heure du mondialisme

Il faut entendre les Ariégeois exprimer pamiers_1.jpginvariablement leur désamour pour Pamiers, plus grande ville d'Ariège avec 15000 habitants excusez du peu, pour mesurer l’ampleur du malaise qui s'y est installé. « Je n’aime pas Pamiers, je n’y vais que pour faire les courses mais je n’y reste pas », « Pamiers n’a pas de charme, n’est pas agréable à vivre », ou encore « dès que je suis à la retraite, je m’en vais ailleurs ».De fait, Pamiers a connu une impressionnante dégradation de sa qualité de vie depuis une trentaine d’année. Le centre-ville, normalement siège de l’âme d’une cité, est aujourd’hui une zone quasi-sinistrée. Les petits commerces ferment les uns après les autres. Les cafés, lieux notoires de sociabilité, sont presque tous porte close le samedi soir à cause de l’insécurité qui prend des proportions surprenantes à partir d’une certaine heure[1]. De fait, se promener le soir dans les rues appaméennes désertes est une expérience assez glauque.

Par contre, s'y promener la journée permet d’observer une étonnante diversité de population, autant sociale qu’ethnique et qu’on ne s’attend pas à rencontrer dans ce département rural. On commence à y entendre parler des langues exotiques auxquelles on n’est pas habitués, telles que l’arménien ou le roumain, diverses langues d'Afrique Noire, un peu de chinois, l'arabe aussi, mais ça depuis longtemps. Des filles très jeunes se baladent en mini short et nombril à l’air, avec des écouteurs sur les oreilles. Des haut-parleurs diffusent une infâme musique américaine, sorte de soupe R'nB aux sonorités remixées. Aussi étonnant que cela paraisse, Pamiers devient, à l’instar des grandes cités du monde industrialisé, une ville cosmopolite.

Se pose alors la question du vivre ensemble, de plus en plus difficile avec la disparition de toute culture commune. Individualisme et la non-communication entre ces différentes communautés sont la règle. Consommer et s'adonner aux loisirs semblent être le seul horizon commun qui nous soit proposé. L’idéologie mondialiste, avec sa négation des différences nationales, culturelles, ethniques et même sexuelles, fait peu à peu son chemin partout en France jusque dans les petites villes et les zones rurales. A Pamiers, seuls le marché du samedi matin et une vie associative dynamique préservent une certaine convivialité et font figure de résistance. Mais pour combien de temps ?

Devant cet inquiétant constat, on peut alors se demander comment André Trigano, aux commandes de la ville depuis 1995, a pu conserver une popularité suffisante pour se faire réélire à 88 ans pour un quatrième mandat ? La réponse est simple : les gens pensent qu’il n’est pas directement responsable de cette situation, qu’il s’agit d’une évolution générale de la société dans son ensemble, et qu’au contraire, lui, André Trigano, entrepreneur et homme d'affaire avisé[2], a œuvré du mieux qu’il a pu en créant des emplois, critère ultime aujourd'hui.

Les emplois qu’il a créés parlons-en. C’est lui qui a accéléré le déplacement de l'activité économique du centre-ville vers des ZAC périphériques. Ces Zones d'Activité, formes actuelles du développement urbain, sont des lieux de consommation faits pour les voitures, et aménagées de grands entrepôts de métal et de béton sans âme. Des entreprises porteuses d'emplois sont venues s'y installer, certes. Mais peut-on comparer l'emploi d'un salarié d'une grande industrie telle que Maestria Peinture, avec celui d'un petit artisan-commerçant du centre-ville, propriétaire de son fonds de commerce. Pour les statistiques, ce sont deux emplois. Dans la réalité, c'est bien par un tissu dense de petits commerces que l'on favorise le lien social, et que l'on préserve la qualité des relations avec les collègues, les clients et les voisins.

Mais pourquoi André Trigano se soucierait-il de la qualité de vie à Pamiers puisqu'il n'y réside pas ? C'est là en effet une aberration assez répandue de nos jours, à savoir que les maires ne vivent plus forcément dans la commune qu'ils administrent. Trigano vit à Paris, et sans doute de temps en temps se rend-il dans la grande ferme qu'il possède dans le Lauragais. Que lui importe alors l'insécurité qui augmente en ville puisque ni lui ni sa famille n'y habitent. Mais peut-être considère-t-il Pamiers juste comme « un hôtel », à l'instar de Jacques Attali qui parlait ainsi de la France ?

Si l'on ajoute à cela que la ville est plus endettée que jamais[3], et que la pauvreté y atteint des sommets[4], conséquences là aussi de ce capitalisme ultralibéral dont Trigano est le promoteur, et le tableau se noircit un peu plus. Pourtant, rien ne semble enrayer la tendance, comme les dernières élections l'ont confirmé. Une opposition ? Il y en a une, divisée et inefficace, et ce n'est certainement pas l'opposant principal Michel Teychenné, socialiste et militant LGBT de la première heure[5], c'est-à-dire deux raisons de le ranger aux côtés des mondialistes, qui fera quoi que ce soit pour inverser la situation.

André Trigano est l'agent très actif d'une évolution, ou plutôt devrait-on dire d'un dérèglement, mondialiste et cosmopolite, propre aux sociétés industrialisées et qui trouve son premier allié dans la passivité de la population. Aucune résistance, aucune protestation ne semble contrecarrer l'avancée du rouleau-compresseur mondialiste. Ainsi, lorsqu'il a été question en 2013 d'installer des studios de cinéma à Pamiers, une sorte d'Hollywood français, énorme projet abandonné aujourd'hui, personne ne s'est offusqué de l'arrivée possible de cette industrie de propagande et de contrôle des opinions. « Ça aurait créé des emplois ».

Il ne reste donc qu'à prier et militer pour que des forces traditionalistes attachées à préserver l'identité de la France et de ses régions se réveillent enfin.

Lucien Valo.


[1] . Notamment quand on pense à ce patron de bistrot blessé d’un coup de fusil en mars 2013. Voir l’article sur Ariegenews.
 
[2] . André Trigano est issu d'une famille juive qui a prospéré dans le secteur du tourisme. Son père a fait fortune sous le Front Populaire en 1936 et son frère, Gilbert Trigano, fut le patron du Club Med jusqu'en 2001.
 
[3]  . En 2012, la dette de Pamiers était de  25 M€, avec des annuités de 4,5 M€. Voir l’article du Journal du net
 
[4]  . Pamiers apparaît sur la récente carte de la pauvreté en France publiée par le gouvernement. Voir l’article dans La Dépêche du Midi.
 
[5]  . Dès 1984 Michel Teychenné créait l’association « Homosexualité et socialisme ». En 2013, il a remis un rapport sur « L’homophobie à l’école » à Vincent Peillon qui s’en est servi pour développer l’enseignement de la théorie du genre. Voir à ce sujet l’interview de Farida Belghoul.

23 juillet 2014

Une journée Barbeuc/Parapente pour le 14 juillet

Le dissident pyrénéen est courageux, il sait braver le brouillard, sirotant un rosé pamplemousse aussi sucré qu'un Lillet dieudonnesque et humant le fumet du barbecue prêt pour griller la saucisse d'agneau, l'Agnelette du pays. C'est environ 30 personnes membres et sympathisants qui sont venus de la région lors de la fête natioDSC_7694.JPGnale pour participer à cette journée pas trop ratée : notre cher prestataire météorologue national donnant toujours des prévisions locales gratuites mais très erronées, nous avons été mis sur le fait accompli des caprices du temps. Mais pas de quoi rebuter nos invités, l'accueil mise en œuvre a dû leur plaire puisque même trempés ils sont restés jusqu'à la fin! Notre camarade et moniteur parapentu à l'affût de la moindre... occasion pour savourer quelques breuvages... pardon, c'était "éclaircie". Il lui a été difficile de sortir son attirail. Mais, enfin! L'épaisse cotonnade se dégagea en milieu d'après-midi et deux camarades ont pu profiter de leur vol. Trois autres se verront prioritaires pour la session de rattrapage. Il faut bien le dire, quand la fraternité, l'amitié et la solidarité sont de mises il ne faut pas en rester là!

Merci aux membres de la section Hautes-Pyrénées pour cette superbe mobilisation! C'est très prometteur pour la suite. Merci à tous ceux qui sont venus, même malgré les galères du voyage.

Vive la section 65, vive E&R, vive la France!

22 juillet 2014

Franc-maçonnerie

 

 

equecompa_graph.gifA Toulouse quand vous lisez les noms des Allées Charles de Fitte,  ou que vous remontez l'avenue Jean Rieux, à la Côte Pavée, où ont été autrefois persécutés les capucins, ou encore le boulevard Deltour ou la rue Jean Chaubet, ou les allées François Verdier vous ne vous dites pas ce sont des maçons, des gens de la franc-maçonnerie, et obscurs ou  non, ils sont et demeurent actifs; mais actifs à quoi? A distribuer des secours à des miséreux? A  former un réseau d'influences? Ce sont des savants et des connaisseurs de mystères, direz -vous! Et quoi! Tous ces magistrats toulousains étaient-ils des savants? Non mais des membres d'un corps, peut-être ancien par le nom puisqu'ils disent avoir des instruments de maçons dans leurs réunions, mais à l'époque contemporaine ils ont, selon leur mot, une solidarité entre eux, ils prétendent que les trois couleurs du drapeau républicain, que la République, que la colonisation et la décolonisation sont leur œuvre; la laïcité aussi qui fait que l'incrédulité s'est développée, vite rattrapée par le bas niveau intellectuel des écoles dites de la République !

En revanche, si vous voulez entrer dans la République des camarades vous voyez toujours s'agiter le drapeau des frères, et c'est ce drapeau qui est celui de la troisième devise de la République depuis 1848: la Fraternité!

Un procureur courageux a voulu faire le ménage, pour nettoyer les Palais de Justice, à commencer par Nice: il a du renoncer, car cette organisation est non pas unique, car il y a des obédiences, c'est-à-dire des centres auxquels il faut obéir aveuglément, mais puissante: le centre est à Londres, dit-on, oui, mais les maçons sont très nombreux aux Etats-Unis; et sur le sang des soldats américains et allemands tombés en Normandie, on peut lire sur un monument US triangulaire, en latin, "ici commence un nouvel ordre du monde"

Quant, au 18ème siècle, les Américains ont proclamé leur république, Washington et Franklin, et de nombreux membres ont défilé avec les tabliers en peau de cochon, pour célébrer la révolution maçonnique qui a l'ambition de régir le monde: toutes les religions, chrétienne, protestante, catholique, orthodoxe, toutes les sectes musulmanes etc. ont condamné la maçonnerie comme un Etat secret dans l'Etat: celui qui entre et est accepté n'est plus libre; il doit exécuter ce qui lui est demandé; souvent on lui fait occuper un poste au dessus de ses capacités, pour mieux le tenir et s'il refuse de faire ce qu'on exige de lui, il a des ennuis sérieux, et le fait d'être maçon l'expose davantage; donc attention, méfiez vous des maçons, et que les maçons naïfs se méfient de ceux qui les traitent en idiots utiles.

Des organisations comme la Trilatérale, le Siècle etc. sont des couvents maçonniques où est préparée la révolution de demain qui affaiblira les classes moyennes, rendra les pauvres encore plus pauvres et les escrocs encore plus riches!

Pour se dissimuler la maçonnerie se fait  progressiste, elle attire des immigrés, des religieux, elle promet la lune, elle flatte le féminisme, elle assure des avancements dans l'armée, la police, de grandes entreprises, mais au bout du compte, que devient un pays  maçonnisé? Comme les USA et la France, un pays qui vit artificiellement, trompeusement, par le copinage, sans base solide. Au bord de l'effondrement et toujours sur pied de guerre, prêt à frapper la Syrie, en créant une maçonnerie islamique comme le wahhabisme en  Arabie Saoudite, ou la Russie.

Toujours depuis 1720, le centre est Londres et Washington!

Un prêtre de Castres l'abbé Barruel  a porté en 1798 ce jugement sur l'égoïsme asocial  des Franc-maçons, que "très-empressés à secourir leurs adeptes, ils étaient d'une dureté extrême pour tout autre indigent", et c'est cet orgueil ou mépris de la société réelle qui fait le malheur et le manque de cohésion sociale de notre pays, car tout se divise, les enfants sont élevés contre leur famille, le travail féminin est opposé au travail masculin dans une rivalité incessante et une rébellion arrogante, augmentant la confusion et le désordre total.

Dès qu'un homme politique par patriotisme ou par une saine réaction  veut secouer l'influence maçonnique internationale, comme le fit De Gaulle, on lui prépare en 1968 une révolution colorée, comme aujourd'hui en Ukraine et demain dans nos villes pour affaiblir l'Europe, la couper de la Russie, et "ruiner la plupart de ses banques" afin d'effacer les dettes américaines, comme en a averti le conseiller économique de Poutine, afin d'écouler les produits US! Nos responsables ne peuvent y réagir, à cause justement de ces liens maçonniques internationaux et locaux!

 

  Pierre Dortiguier