Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 juin 2014

Retour sur un face-à-face tendu avec les contre-manifestants

Saluons le courage des participants au Jour de colère 3ème édition, qui a eu lieu à Toulouse le 5 avril dernier. Il est en effet remarquable qu'une telle manifestation, rassemblant des défenseurs des valeurs traditionnelles, et donc estampillée « extrême-droite » par le système, ait pu se tenir à Toulouse, ville à forte population anarcho-gauchiste et anti-fasciste.

 La manifestation, place du Capitole, à laquelle participaient  l'association « tradi-catho » Civitas, le collectif Journée de Retrait de l’École (JRE), la Manif pour tous, ainsi que d'autres sympathisants, a en effet été perturbée par une contre-manifestation d'antifascistes vindicatifs vociférant insultes et menaces. Ce n'est que grâce à l'interposition efficace des CRS que les intervenants ont pu s'exprimer à la tribune jusqu'au bout. Il y eut quand même des incidents : un jeune militant deCivitas agressé, une terrasse de café saccagée, un CRS blessé par un projectile au visage, et une dizaine d'antifascistes interpellés. Ainsi, quoiqu'en dise l'AFP, et tous les autres journaux mainstream à sa suite, les violences n'ont bien été causées que par les contre-manifestants !

 Cette hostilité, prévue par les organisateurs, a donc justifié un dispositif de sécurité draconien autour de la tribune : « muraille » de barrières métalliques, service d'ordre nombreux, masqué et vêtu de noir (ce qui leur donnait, c’est vrai, un air assez patibulaire), et pour finir « mur » de CRS. Une vraie place forte. A l'intérieur des barrières, peu de monde certes, et l'AFP a cru pouvoir affirmer que les participants à la manif n'étaient qu'une douzaine 1 .Ils étaient bien plus nombreux, mais éparpillés sur la place du Capitole. Pourquoi éparpillés? C'est évidemment l'agressivité des antifascistes, ainsi que la peur d'être photographiés par les RG ou par ces mêmes antifascistes spécialistes du flicage, qui ont empêché les sympathisants d'approcher plus près de l'estrade. Agressivité gauchiste qui explique également   pourquoi les membres du service d'ordre étaient masqués: par sécurité tout simplement. Faisons remarquer au journaleux de La Dépêche 2 qui s’est ému de ces masques que beaucoup d'antifascistes avaient, eux aussi, et c'est dans leurs habitudes, un foulard sur le visage 3.

C'est donc dans ce climat tendu que les différents intervenants auront exprimé leur colère et leurs idées : rejet de la théorie du genre à l'école, rejet du mariage homosexuel, dénonciation de l'insupportable corruption de nos dirigeants, amour d'une France forte de ses valeurs traditionnelles et universelles, qui doit assumer son rôle de « fille aînée de l’Église ». Une manifestation qui valait la peine d'être organisée; et qui a représenté pour quelques heures un bastion de résistance au cœur de Toulouse. Vivement la prochaine édition.

 

 

 

Lucien Zimmerwald pour E&R Ariège

 

  1. fr.news.yahoo.com/centaine-manifestants-jour-col%C3%A8re-%C3%A0-lille-rixes-%C3%A0-190104020.html
  2. www.ladepeche.fr/article/2014/04/07/1857899-fallait-interdire-manif-extreme-droite-jour-colere-toulouse.html
  3. www.egaliteetreconciliation.fr/Jour-de-Colere-a-Toulouse-la-myopie-de-La-Depeche-du-Midi-24609.html     

 

21 mai 2014

Le directeur général d'Airbus appelle ses salariés à soutenir l'Europe

airbus2.jpg Un directeur général d'entreprise reste un citoyen comme les autres. Il n'est donc pas étonnant qu'il ait une opinion politique. Il peut exprimer ses convictions intimes, y compris dans les médias. Mais quand un directeur général demande à ses 55000 salariés de voter pour une Europe "démocratique, résiliente, forte politiquement, économiquement et militairement", il outrepasse son rôle. Et c'est pourtant ce que vient de faire Tom Enders, président général d'Airbus Group, dans un email récemment envoyé à tous les employés [1]. Agitant au passage les spectres de la crise et de la guerre à l'Est pour bien faire comprendre l'urgence de voter pour l'Europe, on peut se demander pour qui roule Tom Enders. Nous pensons bien évidemment que son appartenance au club Bilderberg n'est qu'un pur hasard [2]. 

 

[1] La lettre envoyée 

[2] L'information figure désormais même sur Wikipédia .et sur Youtube

15 avril 2014

Réseaux et municipales toulousaines

 

municipales_2014_reseau.png

Le maire sortant, Pierre Cohen, était connu pour ses liaisons avec l'extrême-gauche. Il a créé en février 2012 l'espace des diversités et de la laïcité, un espace hébergeant les associations communautaires LGBT et les antiracistes comme la LDH. Les riverains de la rue d'Aubuisson ont désormais l'immense privilège de voir le drap arc-en-ciel tous les jours. Toujours en 2012, à l'occasion de la journée nationale des langues régionales, le maire sortant avait fait la célèbre déclaration : « Tout ce qui est nationaliste, Front National  ou autre, je considère que réduire leur présence voire l’éradiquer, c’est important. Il y a deux moyens : par la loi et le rapport de force physique ». Il faut voir dans cette déclaration une main tendue vers le parti occitan, qui au premier tour des municipales 2008 avait préféré la liste socialiste dissidente à la liste de Pierre Cohen (1).

Contrairement à ce que son patronyme laisse penser Pierre Cohen n'est pas l'homme des réseaux sionistes. Pierre Cohen rappelle en effet régulièrement qu'il n'est pas juif malgré son nom. Ses déclarations pro-palestiniennes, puis la mise en place en 2009 de la coopération entre Toulouse et Ramallah (2), le positionneront dans le viseur des réseaux sionistes. L'ancien maire de Toulouse tentera même d'éviter Benyamin Netanyahou de passage à Toulouse pour rendre hommage aux victimes de Mohamed Merah. A partir de cet épisode, Pierre Cohen sera définitivement tricard chez les sionistes. Certains médias, comme dreuz.info(3), se demanderont ce que faisait Marc Szutlman, ancien président du CRIF, sur la liste de Pierre Cohen au premier tour des municipales 2014. Ses relations tendues avec le CRIF expliquent très certainement la tenue sans encombre du spectacle de Dieudonné à Toulouse le 22 février 2012. A cette occasion, la mairie déconseillera au CRIF de manifester devant le zénith (4). Face à ce profond désaveu le CRIF tentera de se joindre à la manifestation des antinazistes toulousains de l'UAT, mais encore une fois l'échec sera au rendez-vous. Ils seront chassés sous les huées : « sionistes, fascistes !» (5).

Le CRIF, ne doutant de rien car soutenu par le gouvernement, a essuyé en deux jours deux beaux revers dans la ville rose. La réalité du terrain n'est pas forcément celle présentée par les médias, et le CRIF en a fait la douloureuse expérience. L'autre réseau d'influence présent autour de la liste socialiste est la franc-maçonnerie par l'intermédiaire de Jean-Jacques Rouch. En effet celui est présent sur la liste PS à titre de membre de la société civile. Mais il est également un membre très d'une autre société, beaucoup plus secrète : le grand orient.

Le nouveau maire n'en est pas moins un homme de réseau, de réseaux différents mais bien un homme de réseau. Jean-Luc Moudenc appartient en effet à des associations aussi diverses que France-Israël, France-Maroc, France-Tunisie, France Saint-Siège. Il est d'ailleurs secrétaire de France-Israël. Sur leur site Internet, l'association ne fait pas de détails « France-Israël agit pour défendre l'image et les droits d'Israël (6). Elle s’efforce d’agir sur les médias, les décideurs ainsi que sur l’ensemble de l’opinion française ». En 2013, Jean-Luc Moudenc se rend au Vatican grâce l'association France-Saint-Siège. L’événement sera couvert par plusieurs grands journaux. Toujours en 2013 Jean-Luc Moudenc sera de passage au salon du livre franc-maçon. Il a été vu faisant le tour des stands un livre à la main. Il n'est donc pas franc-maçon mais était présent pour la pêche aux voix. Jean-Luc Moudenc est l’archétype du politique qui a compris comment fonctionne le monde moderne : par réseaux.

Notes :

  1. http://carredinfo.fr/toulouse-les-occitans-ne-veulent-pas-des-identitaires-8997/

  2. https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/detailProjet.html?criteres.prjId=3196

  3. http://www.dreuz.info/2014/01/a-paris-ou-toulouse-quand-le-crif-flirte-avec-ses-adversaires/

  4. http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/20/1822899-dieudonne-zenith-toulouse-crif-prie-manifester.html

  5. http://www.non-fides.fr/?Antifascisme-et-antisionisme

  6. Cette information n'est plus présente sur la page de l'association France-Israël ni sur le site de campagne de Jean-Luc Moudenc. Elle reste néanmoins accessibles sur d'autres sites comme la page wikipedia de France-Israël (http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_d'amiti%C3%A9_France-Isra%C3%ABl).

  Romain pour E&R Midi